Processus :

Marielle Ernould-Gandouet, janvier 2012


<< retour


Anne Verdier (1) a exposé dernièrement, en Corée (2), à Beauvais (3), à Paris (4), à Choisy le Roi (5). Partout, à plus ou moins grande échelle, on retrouve son travail où la terre, de porcelaine, de grès, d’émail, conduits par une cuisson au bois à 1300°, se transforme en agglomérats enchevêtrés. Ce qui est nouveau, peut-être, c’est la relative organisation de ces déconstructions, remplaçant le chaos précédent. Comme si la présence de briques accordait une structure à l’informel, une organisation à la ruine. Non pas la ruine au sens d’Hubert Robert : il n’y a pas de paysage ici. Anne Verdier, en scientifique de formation, poursuit son observation de la matière terre en cours de destruction. Mais l’informel a disparu ; l’oeuvrefait sentir la structure disparue, celle des disques superposés, celle des briques fumées assemblées, celle d’une tentative d’édification. Et l’œuvre saisit la matière au moment de son basculement, comme une Babel jetant ses derniers feux, brillant d’ultimes éclats, ceux du céladon que l’artiste apprit autrefois chez Jean-François Fouilhoux, ceux de la somptuosité d’une matière informelle, frôlée à ses débuts chez les Champy, Ceux d’une matière qui n’a jamais été aussi fascinante que cet instant retenu qui la voit sombrer. L’embrasement, l’effondrement de la matière sont surpris à l’instant exact où survient le basculement dans le non-être. La matière encore vivante, saisie à l’instant même où elle va se fige dans son autre image : celle d’une déconstruction captée sur le vif (6). 
                                                      Marielle Ernould-Gandouet, janvier 2012.

(1) RCV n°175, novembre-décembre 2010, p.62-65, « Anne Verdier, au cœur
      de la matière ».
(2) Seoul, 2011.
(3) « S’imbriquer autour de la brigue », Maladrerie St Lazarte, Beauvais, juin-septembre 2011.
(4) Galerie XXI, 75014 Paris, 19 novembre-21 janvier 2012
(5) « Recouvrir/Découvrir », Jean-Luc Favero, Anne Verdier, Bibliothèque Aragon, Choisy le Roi, 17 janvier-12 février 2012.
(6) Anne Verdier. « La matière de la matière ». Paris, Vincent Gebel, 2011.


<< retour